Archives par mot-clé : Sécurité

L’ex-N°1 du RAID et nouvellement député livre son rapport

   Les propositions de Jean-Michel Fauvergue, ancien n°1 du RAID devenu député, qui livre son analyse pour “renforcer la présence des policiers et des gendarmes sur le terrain” dans un rapport parlementaire “pour avis” sur le budget des forces de sécurité pour 2018.

Des points de vue dans lesquels beaucoup se retrouveront, d’autres aspects absents, d’autres encore contestables, etc., une lecture utile en tous cas.

(Pour accéder au rapport, cliquez sur le logo de l’Assemblée Nationale !)

Sécurité de proximité : le retour ?

Les policiers nationaux verront-ils le retour d’une forme de police de proximité annoncée par le ministre de l’Intérieur Gérard COLLOMB ? Quand ? Avec quels moyens ? Selon quels principes ?

Autant de questions pour l’instant sans réponse officielle mais qui interpellent le Syndicat des Cadres de la Sécurité Intérieure comme les élus de terrain, comme vous pourrez le suivre dans les interviews croisées de Christophe ROUGET, chargé de la communication du SCSI, et de Stéphane GATIGNON, maire de Sevran, en direct sur le plateau de BFM TV.

http://www.bfmtv.com/mediaplayer/video/collomb-annonce-le-retour-de-la-police-de-securite-du-quotidien-972383.html

L’accès aux fichiers en ordre dispersé

        Sécurité : le SCSI dénonce un manque de “coordination” entre les administrations dans le traitement des fiches “S”

Christophe Rouget, membre du Syndicat des Cadres de la Sécurité Intérieure, a critiqué jeudi sur franceinfo la législation entourant les fiches “S”. 

L’assaillant des Champs-Élysées Adam Dzaziri détenait 9 000 munitions, deux bonbonnes de gaz et un fusil d’assaut dans la voiture qui lui a servi à foncer sur un fourgon de police. L’auteur de l’attaque, âgé de 31 ans, était fiché “S” et faisait l’objet d’un mandat d’arrêt de la justice tunisienne. Il était également amateur de stands de tir, et était titulaire d’une autorisation de transport pour arme sportive. Cette autorisation lui avait été délivrée par la préfecture.

Pour Christophe Rouget, membre du Syndicat des Cadres de la Sécurité Intérieure (SCSI), il n’est pas envisageable qu’un individu fiché “S” soit en possession d’une autorisation de détention d’arme car il pratiquait le tir sportif. Invité sur franceinfo, il appelle à la “coordination” et à la “simplification de la chaîne des services de renseignement”. Selon lui, “les officiers de police doivent pouvoir se connecter aux différents services, aux différents fichiers pour améliorer la connaissance de l’individu.”

Nous avons un problème, plein de fichiers ont été créés. Ces fichiers sont indépendants, avec des logiciels différents, avec des problèmes informatiques permanents, tout ça est devenu très compliqué à gérer  pour les services de renseignement !

“La fiche “S”, poursuit le syndicaliste, “c’est juste un élément qui permet aux policiers des services de renseignements de mettre une balise sur une personne. Si cette personne est contrôlée à tel endroit, on donne cette info aux services de renseignements qui vont pouvoir ainsi affiner leurs connaissances de l’individu”.

Christophe Rouget rappelle également la complexité de traitement des fiches “S” pour les autorités. Chaque cas doit être géré au cas par cas. “On peut aussi avoir intérêt par exemple, à ce que la personne aille dans un club de tir pour la surveiller dans le cadre d’une enquête judiciaire et pour pouvoir l’interpeller. Il faut s’adapter en fonction des situations.”

L’INTERVIEW SUR LE SITE DE FRANCE INFO

Courrier du SCSI au nouveau ministre de l’Intérieur

Monsieur le Ministre,

Le SCSI-CFDT, syndicat majoritaire des cadres de la Police Nationale et fondateur du Conseil Européen des Syndicats de Police (CESP), prend acte des intentions réformatrices louables affichées par le nouveau Président de la République.

En effet, vingt ans de réformes binaires et politisées doivent laisser place à une approche pragmatique et prospective. Le constat est aujourd’hui alarmant : le ministère de l’intérieur est léthargique et nécessite de profondes réformes.

(…)