Archives de catégorie : Communiqués de presse

Nomination de M. Gérard Collomb, ministre de l’Intérieur

Paris, le  17 Mai

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Un nouveau ministre pour une nouvelle vision de la sécurité ?

Ce jour  le Premier ministre, Monsieur Édouard PHILIPPE, a nommé Monsieur Gérard COLLOMB, ministre d’État, ministre de l’Intérieur.

Le SCSI-CFDT félicite Monsieur Gérard COLLOMB pour sa nomination et souhaite que la vision progressiste et pragmatique annoncée  puisse permettre la mise en  œuvre d’un grand projet pour la sécurité de nos concitoyens. Maire d’une très grande ville, il connait à ce titre  parfaitement les problèmes de délinquance rencontrés au quotidien par l’ensemble des service de Police.

Comme il l’a indiqué dans ses premières déclarations, le nouveau ministre souhaite travailler étroitement avec le ministre de la Justice. C’est une demande forte du Syndicat des Cadres de la Sécurité Intérieure qui milite depuis des années pour  la mise en place d’une collaboration étroite de tous les acteurs du continuum pénal afin, notamment, de procéder à un allégement drastique de la procédure et de mener une lutte plus efficace contre les délinquants récidivistes.

La police du quotidien proposée par le Président de la République doit être mise en œuvre rapidement afin de rapprocher la police de la population et recentrer l’action des policiers au service des citoyens. Cette nouvelle approche qualitative ne pourra se concrétiser sans un plan massif et réel de réduction des  tâches indues maintes fois promis, et d’une réelle amélioration des conditions de travail de l’ensemble des policiers.  

Enfin, après des années  de bricolage structurel  depuis l’arrivée de la gendarmerie nationale, le nouveau ministre devra engager des réformes profondes. Ces  réformes d’envergure incontournables devront mettre fin à la gabegie financière et humaine générée par l’atomisation des structures, la  multiplication des services concurrents, au sein de la police nationale et entre les deux forces de sécurité.

Le SCSI-CFDT espère qu’un dialogue social constructif permettra donc de réformer ce ministère sclérosé afin d’améliorer la sécurité des français sur l’ensemble du territoire et de mettre fin aux inégalités entre les personnels.

 

CONTACT PRESSE :

 Jean-Marc Bailleul, secrétaire général du SCSI-CFDT : 06 75 04 13 59

Christophe ROUGET, Chargé de communication du SCSI-CFDT : 06 83 97 90 58

 

Xavier, policier, victime de la barbarie meurtrière

Paris, 21 avril 2017

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

* * *

Xavier est tombé, 102 avenue des Champs‐Élysées, sous les balles de la barbarie.
Trois autres personnes, dont deux de ses collègues, ont été blessées.
Tous les policiers sont touchés par ce nouvel acte de violence porté contre ce qu’ils sont et ce qu’ils représentent dans une société démocratique qui aime et protège ses libertés.
Nos pensées vont vers eux, vers les familles et les proches, face à l’épreuve.

La lâcheté de cet assassinat et la cible privilégiée que sont devenus les représentants des forces de l’ordre, ne doivent pas masquer la réalité du danger global qui menace l’ensemble de notre société. Il faudra sans doute, et rapidement, aller plus loin que les mesures déjà adoptées, pour prévenir d’autres actes de terrorisme et neutraliser les auteurs potentiels.

Les dispositifs législatifs et opérationnels déjà engagés, le travail incessant des services de renseignement et de police judiciaire, la vigilance de chaque instant des policiers et gendarmes appuyés par la force Sentinelle, sur le terrain comme dans leur vie quotidienne personnelle, ne permettent plus l’économie de réformes structurelles, d’organisation et de fonctionnement toujours repoussées ou minimisées depuis tant d’années alors qu’elles contiennent l’essentiel de nos marges d’efficacité.

Au delà du nécessaire renforcement déjà programmé des moyens humains et techniques, le conservatisme, les prés-carrés, les intérêts de corps ou de services, doivent maintenant céder devant l’urgence et la gravité d’une situation qui, dans une République, ne saurait devenir une banalité ni une fatalité.

le bureau national SCSI

La “récidive” de Jo le phéno…

Paris, le 12 avril 2017

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

« Jo le Phéno » sera jugé le 27 septembre  2017 pour la diffusion sur YouTube d’une vidéo qui appelait  à la haine anti-flic et aux meurtres de policiers. Le SCSI-CFDT, ALTERNATIVE-CFDT et Bernard Cazeneuve avaient déposé plainte le vendredi 16 septembre 2016 au nom de tous les policiers, cibles prioritaires des terroristes, victimes de violences et d’agressions quotidiennes.

Des propos inadmissibles tels que  « où sont les condés, on va les taper » , « sans hési­ter faut les fumer » , « je pisse sur la justice et sur la mère du commissaire » , « il faut se défouler sur la flicaille » , « condés, c’est des petits cons qui méritent de se faire plomber” ou encore « J’baiserai la France jusqu’à ce qu’elle m’aime  »  se superposaient à des images et des signes  non équivoques incitant à la violence contre les policiers.

Dans son nouveau clip, l’intéressé indique clairement que rien ne l’empêchera  de continuer :  « Mettez l’amende que vous voulez, jamais je la payerai, si c’est du ferme, je continuerai bande de fils de putes, jusqu’au bout j’assumerai … Je nique Cazeneuve et les commissaires ». A vous de juger !

Le SCSI-CFDT et Alternative CFDT, syndicats républicains,  très attachés aux valeurs de notre démocratie,  font confiance  à la justice de notre pays, insultée dans ces différentes vidéos.

Il n’est ici question aucunement du débat de la liberté d’expression, d’une attaque contre le Rap ou de toute forme de culture mais de la  protection de notre société et des policiers qui en défendent les valeurs. Pouvons-nous vivre dans une société où impunément des individus appellent aux meurtres. Quelle profession aujourd’hui en France accepterait d’être insultée et menacée de la sorte ? Une chanson appelant aux meurtres d’enseignants ou de journalistes ne provoquerait-elle pas de légitimes réactions ?  

Pour le SCSI-CFDT et Alternative CFDT, il n’y aucune raison pour que, sous une couverture « artistique », ce délinquant-là puisse tirer des revenus de sa propagande criminelle et propager la haine sans échapper à la justice de notre pays.

CONTACT PRESSE :

Christophe ROUGET, Chargé de communication du SCSI-CFDT : 06 83 97 90 58

 

La “Financière” serait elle si gênante ?…


Paris, le  3 avril 2016

 

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

COLÈRE  A L’OCLIFF ET DANS L’ENSEMBLE DE LA DCPJ

Les policiers de L’OCLIFF (Office central de la Lutte contre la Corruption et les Infractions Financières et Fiscales), ceux de toute la sous-direction de « la lutte contre le crime organisé et la délinquance financière » et ceux de  l’ensemble des services judiciaires, sont durement touchés par les contraintes croissantes qui pèsent sur la procédure pénale  et par les graves dysfonctionnements informatiques (PNIJ, Logiciel de procédure, etc.) que nous ne cessons de critiquer depuis des années…

La filière Investigation est délaissée par les policiers. Des services prestigieux comme la SDAT, l’OCRTIS, n’attirent plus les candidats, la filière Financière également.

Fait exceptionnel, les fonctionnaires de l’OCLIFF ont dénoncé dans un rapport collectif adressé au DGPN les multiples difficultés rencontrées. Aujourd’hui l’OCLIFF est en sous-effectif, il ne reste plus que 28 enquêteurs pour lutter contre la corruption en France !  Ces personnels sont dotés de véhicules souvent hors d’âge et de moyens matériels insuffisants. Est-ce digne d’une démocratie ?

A ces conditions de travail désastreuses se rajoute une suspicion politique permanente. Déjà assimilé à la STASI par Nicolas SARKOZY, les insinuations et menaces se multiplient pendant cette campagne présidentielle.  Les dernières en date sont celles de Florian PHILIPOT qui a tenu des propos inadmissibles sur BFM le 30 mars dernier,  en déclarant qu’il s’agit d’une « police politique » et en sous-entendant que les fonctionnaires de l’OCLCIFF  informaient la presse contre rétribution, et qu’ils étaient corrompus. Les policiers de ce service ont saisi leur hiérarchie afin de déposer plainte en diffamation.

Le SCSI  apporte tout son soutien aux enquêteurs.

Pour que notre République soit exemplaire, la lutte contre la corruption doit être une priorité. Au-delà des belles déclarations de principe ou de façade, ce sont les actes qui permettent de juger la volonté d’un pays de lutter contre les dérives d’une partie des responsables politiques.

Des mesures fortes doivent être mises en œuvre pour lutter contre la corruption ou la délinquance financière qui gangrènent notre République. Des mesures urgentes en terme d’effectifs, de fidélisation et de moyens doivent garantir l’efficacité de ces services. Un grand plan de simplification de la procédure pénale doit intervenir pour toute la filière judiciaire : il y en a assez des promesses jamais tenues !    

CONTACT PRESSE :

 Jean-Marc Bailleul, Secrétaire Général du SCSI-CFDT : 06 75 04 13 59 

Christophe ROUGET, Chargé de communication du SCSI-CFDT : 06 83 97 90 58

“Responsabilité des fonctionnaires” : mise au point !

Paris, le 27 février 2017

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Le Syndicat des Cadres de la Sécurité Intérieure (SCSI-Cfdt) dénonce les sous entendus et menaces adressés “aux fonctionnaires” par une candidate à la présidence de la République, répondant elle-même à une mise en cause judiciaire.

Même sans être directement cités, les policiers nationaux ne peuvent que se sentir concernés par ces propos. Ils rappellent donc qu’en toutes circonstances ils sont soumis au respect des lois de la République, et tout particulièrement dans les enquêtes judiciaires qu’ils conduisent sous la direction des magistrats.

Il ne peut donc être prétendu que les policiers, en période électorale, de leur initiative ou en fonction d’instructions reçues, pourraient se livrer à des “persécutions, coups tordus ou cabales”, afin de discréditer tel ou tel candidat.

De telles pratiques ne seraient pas compatibles avec les valeurs démocratiques et républicaines d’un état de droit que les policiers s’attachent quotidiennement à défendre.

Au nom de ces même valeurs, ils ne sauraient pas davantage s’abstenir ou retarder la manifestation de la vérité, au prétexte d’une “trêve électorale” dont ne bénéficieraient que les candidats déclarés, laissant les rigueurs de la Justice au simple citoyen.

Le SCSI-Cfdt regrette profondément que les questions de sécurité et de justice ne soient abordées qu’au travers d’attaques visant, une fois de plus, les policiers et magistrats eux-mêmes alors que tant de sujets intéressant autant la sécurité quotidienne de nos concitoyens que les intérêts supérieurs de la Nation, restent sans réponses.

Le SCSI-Cfdt.

Contacts Presse :

Jean-Marc Bailleul, Secrétaire Général : 06.75.04.13.59

Christophe Rouget, Chargé de communication : 06.83.97.90.58