POLICE NATIONALE, MALADE DE SON SYNDICALISME D’UN AUTRE TEMPS