L’accès aux fichiers en ordre dispersé

        Sécurité : le SCSI dénonce un manque de “coordination” entre les administrations dans le traitement des fiches “S”

Christophe Rouget, membre du Syndicat des Cadres de la Sécurité Intérieure, a critiqué jeudi sur franceinfo la législation entourant les fiches “S”. 

L’assaillant des Champs-Élysées Adam Dzaziri détenait 9 000 munitions, deux bonbonnes de gaz et un fusil d’assaut dans la voiture qui lui a servi à foncer sur un fourgon de police. L’auteur de l’attaque, âgé de 31 ans, était fiché “S” et faisait l’objet d’un mandat d’arrêt de la justice tunisienne. Il était également amateur de stands de tir, et était titulaire d’une autorisation de transport pour arme sportive. Cette autorisation lui avait été délivrée par la préfecture.

Pour Christophe Rouget, membre du Syndicat des Cadres de la Sécurité Intérieure (SCSI), il n’est pas envisageable qu’un individu fiché “S” soit en possession d’une autorisation de détention d’arme car il pratiquait le tir sportif. Invité sur franceinfo, il appelle à la “coordination” et à la “simplification de la chaîne des services de renseignement”. Selon lui, “les officiers de police doivent pouvoir se connecter aux différents services, aux différents fichiers pour améliorer la connaissance de l’individu.”

Nous avons un problème, plein de fichiers ont été créés. Ces fichiers sont indépendants, avec des logiciels différents, avec des problèmes informatiques permanents, tout ça est devenu très compliqué à gérer  pour les services de renseignement !

“La fiche “S”, poursuit le syndicaliste, “c’est juste un élément qui permet aux policiers des services de renseignements de mettre une balise sur une personne. Si cette personne est contrôlée à tel endroit, on donne cette info aux services de renseignements qui vont pouvoir ainsi affiner leurs connaissances de l’individu”.

Christophe Rouget rappelle également la complexité de traitement des fiches “S” pour les autorités. Chaque cas doit être géré au cas par cas. “On peut aussi avoir intérêt par exemple, à ce que la personne aille dans un club de tir pour la surveiller dans le cadre d’une enquête judiciaire et pour pouvoir l’interpeller. Il faut s’adapter en fonction des situations.”

L’INTERVIEW SUR LE SITE DE FRANCE INFO

Le “36” ne répond plus…

  Déménagement de la PJ parisienne : un syndicat dénonce “des dysfonctionnements au quotidien”

(l’interview complète en audio sur le site de France Info, c’est ICI)

Le transfert du 36 quai des Orfèvres vers la nouvelle cité judiciaire dans le XVIIe arrondissement de Paris ne se fait pas sans mal. Un problème de calendrier entre la police et la justice est dénoncé par le Syndicat des cadres de la sécurité intérieure.

A Paris, la police judiciaire commence à déménager pour passer du mythique 36 quai des Orfèvres à la porte de Clichy. Plus d’un tiers des effectifs vient de rejoindre la nouvelle cité judiciaire, située dans le quartier des Batignolles. Les anciens locaux occupés depuis 1913 peuvent paraître vétustes. Pourtant, les nouveaux bâtiments provoquent de l’insatisfaction, à la fois pour le quotidien des policiers et le public, ainsi que le déclare Christophe Rouget, représentant du Syndicat des cadres de la sécurité intérieure (SCSI).

Cliquez ici pour lire la suite de l’article…

PN/GN : oui à l’égalité dans les transports

Les gendarmes demandent, par le biais de leurs associations, la gratuité des transports en Ile-de-France.

Ils ont raison !

Les deux forces de sécurité doivent contribuer à la sécurité de nos concitoyens dans les transports en  commun de la même façon sur l’ensemble du territoire.

Pour ce faire, elles doivent donc bénéficier des mêmes mesures.  !

(…)

L’essentiel du mois de mai 2017 : spécial CAP

LE 29 JUIN SE TIENDRA LA PREMIÈRE CAP DU NOUVEAU GRADE DE NOTRE CORPS OBTENU DANS LE CADRE DU PROTOCOLE.

Malheureusement, il est regrettable que le premier télégramme relatif à cette première CAP de commandant divisionnaire ait été diffusé avant la communication des postes permettant de reconstituer le parcours Graf.

La CAP du 29 juin nommera de manière rétroactive au premier janvier 2017 les 150 premiers officiers à ce grade. Une deuxième CAP se tiendra en décembre 2017 pour une nomination au 1er janvier 2018. Comme nous l’avons expliqué lors de nos réunions et dans nos communications, ce nouveau grade est accessible par deux viviers principaux et un troisième accessoire.  

(…)

 

Protégé : CAP Officiers du 30 mai 2017

Cet article est protégé par un mot de passe. Pour le lire, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :